Sculptures bandées

Sculpture bandée - 1998 – Bois, tarlatane. 120 x 30 x 5 cm. Denis Falgoux

Sculpture bandée – 1998 – Bois, tarlatane


Nathalie Viot : Les sculptures bandées se situent dans une période très importante. On dirait que tout un processus de recherche se met en place?
Denis Falgoux : C’est vrai entre 95 et 97, je m’éloigne indirectement de la peinture en utilisant du bois pour en faire des lisières visible que je répare.

Sculpture bandée - 1998 – Bois, tarlatane. 200 x 100 x 80 cm. Denis Falgoux

Sculpture bandée – 1998 – Bois, tarlatane. 200 x 100 x 80 cm. Denis Falgoux


Nathalie Viot : Pourquoi ces morceaux de bois ont-ils besoin d’être assemblée ?
Denis Falgoux : Je les choisis pour leurs formes vrillées inutilisables pour le travail de menuiserie. Je les répare pour leur donner une existence. Je les rassemble délibérément cassées, fragilisées, par nécessité de les panser. Symboliquement c’est une démarche qui me semble importante.

Sculpture bandée - 1998 – Bois, tarlatane. 100 x 88 x 7 cm. Denis Falgoux

Sculpture bandée – 1998 – Bois, tarlatane. 100 x 88 x 7 cm. Denis Falgoux


Nathalie Viot : C’est une symbolique pour la vie ou pour la peinture ?
Denis Falgoux : Pour la peinture mais ça parle de la vie. C’est soigner, bander une plaie en enveloppant le bois avec la toile.

Sculpture bandée - 1998 – Bois, tarlatane. 120 x 180 x 40 cm. Denis Falgoux

Sculpture bandée – 1998 – Bois, tarlatane. 120 x 180 x 40 cm. Denis Falgoux


Nathalie Viot : Créer de la sculpture avec les matériaux de la peinture ?
Denis Falgoux : Plus justement soigner la sculpture avec la peinture.

Sculpture bandée - 1998 – Bois, tarlatane. 200 x 170 x 20 cm. Denis Falgoux

Sculpture bandée – 1998 – Bois, tarlatane. 200 x 170 x 20 cm. Denis Falgoux

Interview de Denis Falgoux par Nathalie Viot, dans Denis Falgoux.
Au Même titre éditions, Paris, 2002, p. 42.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Log in